Rechercher

La Vitamine D, la mal nommée

Depuis une décennie, la compréhension du rôle des micronutriments dans la genèse de nombreuses maladies s’est considérablement transformée et les données autour de la vitamine D ont nettement augmenté.

L’insuffisance en vitamine D est fréquente, relativement méconnue, et touche toutes les tranches d’âge. On considère que 1 milliard de personnes à travers le monde seraient concernées, et 50 % à 80 % des personnes âgées présenteraient un tel déficit. Ceci constitue un problème de santé publique important car un déficit en vitamine D peut engendrer des répercussions non négligeables sur la santé.


La vitamine D est une hormone stéroïdienne liposoluble. Elle est apportée par de rares sources alimentaires et plus de 90 % des besoins sont fournis par l’exposition au soleil. La peau synthétise la vitamine D sous l’effet des rayonnements ultraviolets (UV). Il est intéressant de signaler que la vitamine D produite par la peau a une demi-vie environ deux fois plus longue que les vitamines D qui sont ingérées. Ces UV (B) réagissent avec un précurseur du cholestérol pour produire la pré-vitamine D3, qui est transformée en vitamine D3 (cholécalciférol). La biosynthèse continue au niveau hépatique et se termine au niveau rénal dans sa forme active (calcitriol).

Sur le plan biologique :

une concentration inférieure à 20ng/mL (soit 50 nmol/L) : carence en vitamine D une concentration de 20 à 30 ng/mL (soit 50-75 nmol/L) : insuffisance en vitamine D


La connaissance du rôle de la vitamine D a progressé de manière considérable ces dernières années. La forme active est maintenant davantage considérée comme une hormone plutôt qu’une vitamine ayant un seul rôle dans le métabolisme phosphocalcique et osseux. C'est une véritable hormone qui contribue à la santé intégrale :

· Anti-inflammatoire

· Anti-cancer

· Protecteur cardiovasculaire

· Anti-infectieux

En effet, les récepteurs à la vitamine D sont présents dans la plupart cellules (système immunitaire, système cardio-vasculaire, poumon, rein, pancréas, intestin, cerveau, os ou muscles), expliquant les effets extra-osseux de la vitamine D sur les différents organes.



Il n’est donc pas étonnant que plusieurs associations aient pu être montrées entre un déficit en vitamine D et un nombre important de pathologies :

· Les infections hivernales

· L’hypertension artérielle

· Le diabète

· Les cancers

· Les maladies auto-immunes

· L'asthme


En conclusion, la vitamine D « la mal nommée » est en réalité une hormone essentielle impliquée dans la « santé intégrale » et doit être considérée comme l’un des facteurs essentiels qui soutient la lutte contre certaines maladies.

Cette hormone pourrait avoir un impact préventif significatif, sur la gravité la COVID-19.

Le dosage sanguin de la vitamine D et la correction d'une carence doivent être envisagés pour toute personne à risque de COVID-19.

CONSULTER VOTRE MEDECIN TRAITANT, dans le but d’obtenir une supplémentation quotidienne ou mensuelle en vitamine D qui pourrait permettre de réduire le risque de survenue d’une infection respiratoire aiguë virale.